L’horlogerie suisse doit rester... suisse

La haute horlogerie suisse n’est pas une industrie, c’est un art. C’est un patrimoine légendaire vivant qui nous est confié par des générations d’incroyables talents, héritiers de l’horlogerie suisse, de ses compétences en matière de fabrication et de ses riches innovations. Ils nous accordent toute leur confiance afin de maintenir cet héritage dans le haut de gamme et le transmettre aux générations à venir.

Par Vasken Chokarian

Autrefois, il n’existait aucun « service » au sein des entreprises de fabrication horlogère pour déterminer l’influence et les orientations que devaient prendre le développement et l’innovation de nouveaux produits. En théorie, les fabricants étaient guidés soit par les demandes de leur clientèle potentielle, soit par cette passion propre à tous horlogers et artisans, qui avaient la liberté d’exprimer l’étendue de leur talent, se donnant ainsi les moyens de créer la longue liste des innovations dont le monde profite aujourd’hui et ne cesse d’utiliser. La seule pression subie par des savants comme Giovanni de Dondi, Jean Toutin, Christian Huygens, Thomas Mudge, Jean-Antoine Lepine (pour n’en citer que quelques-uns) était de tout faire pour que leurs talents et leurs rêves DEVIENNENT réalité. Aucun « responsable marketing » n’était là pour leur dicter leurs plans ! En fait, c’est grâce à ces mêmes plans librement pensés que le monde actuel de l’horlogerie utilise des horloges astronomiques, des ressorts spiraux, des tourbillons, et bien plus encore... Toutefois, il reste essentiel de veiller à ce que les résultats financiers, bien que primordiaux, n’entraînent pas une volonté de supprimer ou de remplacer (pour être plus positif) le rôle considérable qui incombe toujours aux multiples talents et compétences de nos horlogers actuels.


Chaque secteur connaît des hauts et des bas. Les statistiques et les graphiques seront toujours là pour présenter les résultats de l’année précédente et les comparer à ceux de l’année en cours. Cependant, le moment où ces statistiques deviennent les chiffres de référence pour la planification à venir constitue un facteur clé, c’est un fait évident qui est plutôt indispensable mais qui s’avère parfois trompeur, particulièrement lorsque les marchés sont en haut de la vague et que tout le monde essaie d’en profiter pour obtenir la plus grosse part du gâteau possible.


Beaucoup de théories ont été avancées et des modifications de stratégie ont eu lieu au sein de différents marchés mondiaux au cours des sept ou huit dernières années. Selon moi, elles n’ont pas nécessairement contribué au progrès du secteur. Je considère que dans toute activité, chaque partie apportant sa contribution dispose de l’expertise dans son propre domaine et, en associant tous les efforts collaboratifs de l’ensemble des parties concernées, les ultimes attentes pourraient être amenées avec succès à leur destination finale et se voir attribuer les récompenses de leur contribution. Il est essentiel de maintenir une présence positive et durable et de ne pas encourager la suppression de ces collaborations et partenariats qui ont façonné un grand nombre de réussites dont l’histoire a été témoin. Préserver des collaborations concrètes et des partenariats solides et éprouvés – qui sont, ne l’oublions pas, également constitués d’experts de leur propre environnement de marché – n’est pas seulement primordial, cela encourage aussi de futurs investissements dans la recherche et le développement.


La haute horlogerie suisse n’est pas une industrie, c’est un art. C’est un patrimoine légendaire vivant qui nous est confié par des générations d’incroyables talents, héritiers de l’horlogerie suisse, de ses compétences en matière de fabrication et de ses riches innovations. Ils nous accordent toute leur confiance afin de maintenir cet héritage dans le haut de gamme et le transmettre aux générations à venir. Quelle qu’en soit la raison, l’horlogerie suisse doit rester suisse.


Pour conclure, voici une petite note que j’ai envoyée à toutes les personnes impliquées dans la haute horlogerie suisse : « D’immenses talents impliquent d’immenses responsabilités. L’art, le talent et l’éducation ne vivent que par le biais de la liberté d’expression qui, en soi, contribue à la naissance d’un état d’esprit responsable permettant à l’imagination créative de se réaliser ».